Afri-cans, des murs africains

Robin Letellier, 2018

En Ouganda, un festival de Street Art célèbre la culture hip-hop et les femmes africaines.


L’Afri-Cans* Street Art Festival 2018 s’est tenu au skatepark de Kitintale, un lieu construit en 2009 au centre d’un ghetto de Kampala, la capitale ougandaise. Cette manifestation internationale réunie des artistes Africain.e.s en majorité et aussi quelques artistes occidentaux. Elle permet de créer du lien social pour faire oublier un temps l’ennui et la pauvreté et d’embellir les rues du quartier avec l’art du graffiti, une compétition de skates et de vélos, de la break dance et du hip-hop.
Sparrow, un jeune Ougandais d’une trentaine d’années en est l’âme fondatrice. Avec des moyens dérisoire, il arrive a créer un festival où l’esprit de partage artistique et humains est roi.
En 2018, Le festival célébrait la femme africaine. Comme partout dans le monde la femme ougandaise subit discrimination, violences physiques et morales. Mais plus que dans les pays occidentaux, elle élève trop souvent seule les enfants qu’elle a eu avec un ou plusieurs hommes. Dans un pays où il est très difficile de trouver du travail et encore plus un travail correctement rémunéré, elle peine à joindre les deux bouts et nourrir et loger correctement sa famille. La femme africaine est la colonne vertébrale de la société qui la considère pourtant comme quantité négligeable.
C’est donc un message d’espoir qui est lancé par tou.te.s ces artistes pour donner à la femme sa vraie place dans le monde.

* Cans signifie canettes en langue anglaise, c’est aussi le diminutif de bombes de peinture (cans of paint)