Terrain de jeux

Julie Pradier, 2008 – 2009

Les paysages de Terrain de Jeux font l’objet d’une théâtralisation de l’expérience en cours, capable de nous faire voir ce que nous n’apercevons pas naturellement, en mettant en scène des rencontres inattendues entre des personnages et des brouillards colorés. Les fumigènes sont l’apparition d’une matière nouvelle, mais aussi une disparition. Ces formes tourbillonnantes sont une manière d’intégrer une fluidité, de créer une turbulence, de rajouter de l’informe, une présence absente.
Les personnages perdus dans le brouillard participent à un jeu de cache-cache dans un lieu incertain et étrange. L’ambiance fantasmagorique tend alors plus vers le songe. La photographie est l’amorce d’un récit inexistant, d’une invitation au rêve.